Le web à la page

C’est avec plaisir que nous vous présentons notre nouvelle série de conseils, dédiée aux usages du web. 10 épisodes constitués d’astuces, de mots-clés, d’exemples d’innovations ou d’usage pour se mettre à la page du numérique !

Le web à la page n°6

Pour vous informer sur la santé, vous êtes des millions à naviguer sur le réseau.
Mais comment faire le distingo entre le bon grain et l'ivraie ?

Depuis 1996, la certification attribuée par la fondation "La Santé sur Internet" : l'HONcode.
Ce code de conduite est basé sur huit principes éthiques mesurant la fiabilité et la crédibilité de l'information médicale et de santé diffusée. Les certifiés doivent entre autres : donner l'origine des informations, respecter la confidentialité des données personnelles, mentionner le financement du site et différencier les contenus publicitaires des journalistiques.

Le web à la page n°5

À la différence du géant Google, le moteur Qwant créé en France, n’exploite pas votre personnalité pour arrondir son budget !

La philosophie de Qwant repose en effet sur 2 principes : « ne pas tracer les utilisateurs et ne pas filtrer le contenu d’internet. »

Ces principes ont 2 effets : vos données personnelles ne sont pas revendues à des fins commerciales et vous disposez d’une recherche qui inclut l’ensemble des contenus disponibles sur le net sans liens sponsorisés ou publicités furtives. L’interface vous permet de créer vos espaces personnels complets.


Le web à la page n°4

undefined

Les sciences citoyennes se sont considérablement développées avec le web 2.0. Quel en est le principe ? Amateurs éclairés, spécialistes retraités ou simples citoyens sont invités à collaborer sur un projet scientifique en contribuant à l’effort intellectuel, à une recherche ciblée ou à des tests.

Trois grandes lignées de programmes ont vu le jour : ceux qui sont initiés par les scientifiques, ceux qui le sont par des citoyens qui en appellent aux scientifiques ou encore des programmes mixtes sur un sujet commun. Cherchez celui qui vous convient et participez à faire évoluer la science !


Le web à la page n°3

undefined

Ecologie.blog.lemonde.fr rappelle qu’en moyenne un internaute réalise 2,66 recherches par jour sur la toile. Ce qui représente 9,9 kg de CO2 par an… à l’instar des mails, les recherches peuvent être raisonnées pour consommer moins d’électricité :

  • Tapez directement l’adresse du site auquel vous souhaitez accéder si vous la connaissez (ne passez pas par la case « recherche » de votre moteur).
  • Précisez le plus possible votre recherche avec des mots-clés précis.
  • Remplissez votre annuaire de « Favoris ».

Ces trois gestes permettent une réduction par 4 des émissions de gaz à effet de serre soit 5 g de fer par requête.


Hub n°2 : L’email coûte cher à la planète !

undefined

2% des gaz à effet de serre* en Europe sont produits par les TIC !  Lorsque nous écrivons un mail, nous consommons de l’énergie et sommes donc à l’origine d’une pollution invisible pesant tout de même pour la planète 19 grammes de CO2 !

Petit calcul :

T’as vu ce temps de chien ? = 19

Il fera beau demain ! = 19

Bon on mange ensemble à midi ? = 19

À quelle heure ? = 19

J’sais pas moi, à quelle heure tu veux ? = 19

Ben vers 13 h = 19

Ok, où ? = 19

J’sais pas = 19

Bon ben on se retrouve à la machine à café = 19

Ouais, à plus = 19

Cette conversation qui va changer le monde, a produit 190 grammes de CO2. Moralité : la parole a du bon, elle préserve l’air que nous respirons !

* Agence d’évaluation environnementale européenne (BIO)


Hub n°1 : Découvrez la méthode inbox 0 !

undefined

Tout mail entraîne une action. Cette liste d’actions en suspens crée un stress invisible mais bien réel.

Pour faire de l’ordre, au quotidien et dans l’ordre :
se désinscrire des newsletters que vous ne lisez jamais, créer des filtres et des dossiers, désactiver les notifications, enregistrer des réponses automatiques, supprimer ou archiver les mails de plus de 3 semaines et ceux qui ne demandent aucune action de votre part, répondre à ceux dont la réponse est brève et simple, classer dans un dossier « Action » ceux qui demandent de la réflexion.

L’ergo au bureau

L’ergo au bureau – conseil n°10

Pour le dernier numéro de notre série, apprenons à nous détendre ! La respiration profonde et consciente soulage les tensions corporelles tout en apaisant l’esprit. Elle permet également de reprendre le contrôle de soi.

Plusieurs techniques existent, voici la plus simple : assis, le dos bien droit, les mains détendues sur les genoux, videz l’air de vos poumons, inspirez sur 4 temps, expirez sur 4 temps, 3 fois. Puis, inspirez à nouveau sur 4 temps, bloquez poumons pleins 4 temps, expirez sur 4 temps, bloquez poumons vides. Etc... Variez les temps en fonction de vos capacités. Vous vous sentirez mieux immédiatement.

L’ergo au bureau – conseil n°9

Mon bureau me fait tourner la tête ! Les douleurs cervicales peuvent apparaître lorsque la station assise est prolongée. Un exercice très simple permet d’assouplir son cou et retrouver sa mobilité : debout ou assis, faites des rotations de la nuque sans toutefois aller vers son extension complète. Cet exercice détend les muscles fléchisseurs, rotateurs et extenseurs du cou. Sa mobilisation favorise a priori la réabsorption des fluides des disques intervertébraux, décompresse la colonne vertébrale cervicale et stimule la circulation sanguine de cette région sensible.

L’ergo au bureau – conseil n°8

undefined

Vous en « avez plein les yeux » ? C’est normal ! La vue est particulièrement sollicitée dans les activités professionnelles où les écrans sont omniprésents. La fatigue visuelle (larmoiements, vision altérée, picotements et rougeurs oculaires…) s’accompagne de douleurs cervicales, maux de tête, des troubles de l’attention.

Vous reposerez votre vue en vous plaçant correctement face à l’écran et en veillant au bon éclairage de votre bureau : pas de source d’éblouissement ou de reflets, un plafonnier pour une lumière homogène et une lampe de bureau posée à côté ou à l’arrière de l’ordinateur.

L’ergo au bureau – conseil n°7

Si vous cherchez à soulager des lourdeurs dans les jambes, dues à une station assise prolongée, vous pouvez réaliser cet exercice : assis, le dos bien droit, mains appuyées sur l’assise de la chaise, jambes serrées pliées, soulevez vos pieds simultanément à 5 cm au-dessus du sol. Répétez l’exercice 5 à 10 fois plusieurs fois par jour.

Pour activer la circulation : jambes croisées, faites faire une rotation à votre pied, pointe tendue. Recommencez en inversant le croisement des jambes. Cet exercice relance la circulation sanguine.

L’ergo au bureau – conseil n°6

Pour soulager votre dos au bureau, répétez toutes les deux heures cet exercice.
Assis, le dos bien droit, levez les bras au-dessus de votre tête. Croisez vos mains, paumes tournées vers le plafond. Inspirez. Expirez en poussant sur les paumes comme si vous souhaitiez toucher le plafond. Prolongez l’expiration pendant 5 secondes.
Recommencez en vous penchant une fois à droite et une fois à gauche.

Attention : seul le haut du corps doit être mobile. Le bassin reste en place et l’assise est conservée.
Faites 5 ou 6 répétitions pour détendre les muscles du buste.

L’ergo au bureau – conseil n°5

undefined

Pour que votre fauteuil vous tende les bras et que votre posture soit bonne, il suffit de respecter quelques règles.

Tenez-vous debout devant lui, le plus haut point du siège doit se trouver au-dessous de votre rotule. Vous êtes ainsi assurés de pouvoir poser les pieds à plat quand vous êtes assis. Le soutien lombaire du dossier doit embrasser le bas de votre dos, le torse légèrement incliné vers l’avant (angle de 110° en général).

Si le siège est trop profond et que le plateau compresse l’arrière des genoux lorsque vous êtes assis, ajoutez un coussin « soutien lombaire ».

L’ergo au bureau – conseil n°4

L’ergonomie est aussi une question de moral ! La médecine du travail donne à cet égard quelques conseils : se réserver des temps de pause réels où l’on se garde bien de parler du travail ; échanger plus souvent avec ses collègues et ses supérieurs.

Pour éviter de se sentir débordé, reportez-vous au conseil n°2 de notre série et ajoutez à ces bonnes recettes, un ordre irréprochable dans vos dossiers. Le rangement est la pierre angulaire de la sérénité !
(source : SISTA12)

L’ergo au bureau – conseil n°3

On passe parfois toute la journée… devant son écran, pour écrire l’œuvre de sa vie ou le bilan de sa campagne commerciale ! Peu importe le contenu pourvu que l’on ait… la bonne position !

Devant son écran, outre le positionnement du bureau et de la chaise (conseil n°1) : évitez de relever le clavier (poignets cassés), n’intercalez pas de feuille entre lui et vous, utilisez la souris au plus proche du clavier, ne tenez pas le téléphone entre la tête et l’épaule, utilisez un repose-pied. Évitez autant que possible de travailler sur ordinateur portable.
(source : SISTA12)

L’ergo au bureau - conseil n°2

No stress ! Le stress est à l’origine de contractions musculaires douloureuses menant parfois à des troubles plus graves.

Pour vous aider à maîtriser votre agenda, classez d’abord vos tâches :

  • 1 Important et urgent : essentielles et à effectuer immédiatement.
  • 2 Important mais pas urgent : tâches à réaliser dans un certain délai. Ménagez du temps dans votre agenda pour vous en occuper.
  • 3 Pas important mais urgent : vous pouvez les déléguer pour demeurer concentré sur vos tâches principales.
  • 4 Ni important ni urgent : des soupapes pour respirer entre deux tâches importantes.

(source : SISTA12)

L’ergo au bureau - conseil n°1

Si vous travaillez sur écran, vérifiez que vous disposez d’une chaise à hauteur réglable pour que votre avant-bras soit positionné à l’horizontal du bureau (angle de 90°).

Si vous travaillez sur tableurs ou sur plusieurs fenêtres à la fois, privilégiez un écran suffisamment grand. Le haut de l’écran doit se situer à hauteur de votre regard. Vous ne devez ni lever la tête, ni coller le menton contre le cou pour voir votre travail. Prenez pour repère l’objectif de la webcam situé au centre du cadre de l’écran. Et bien sûr positionnez-vous face à lui, dos droit et jambes décroisées.

L’ergo au bureau

Les troubles osteo-articulaires sont générés le plus souvent par de mauvaises positions prolongées ou des gestes répétés de longues années. Pour éviter de plus rudes inconvénients comme une tendinite, un pincement des disques vertébraux, des maux de têtes récurrents, adoptez la bonne attitude !

Les postures que nous perpétuons inconsciemment devant notre bureau, notre outil de travail, mais aussi dans notre vie privée comptent tout autant que notre alimentation, l’activité sportive ou autres bonnes mesures d’hygiène de vie. De même, la position du visage et des yeux par rapport à l’écran d’un ordinateur impacte la qualité de notre vision, sur l’hydratation des yeux, la fatigue oculaire. De moyens de protections existent comme des écrans protecteurs anti-lumière bleue, etc. De bonnes postures sont à adopter pour préserver ce système complexe et fragile.

Nos salariés sont régulièrement formés aux bonnes mesures à prendre aujourd’hui pour ne pas avoir mal demain ! Nous vous proposerons chaque semaine de retrouver nos conseils d’ergonomie. Suivez-les pour mieux vous porter !