Le silicium, un allié anti-âge

Le silicium, un allié anti-âge

Il occupe la 3e place sur le podium « abondance » des oligoéléments dans le corps humain, c’est dire qu’il n’est pas là par hasard ! Et pourtant c’est le grand oublié parmi les multiples oligoéléments essentiels. Même au niveau scientifique. On ne compte qu’un nombre très restreint de publications sur le silicium en biologie (une petite centaine).

Cependant son caractère important pour la formation de l’os est connu depuis les années 1970 et de nombreux travaux permettent de commencer à appréhender ses rôles biologiques et de comprendre les conséquences de sa diminution systématique avec l’âge.

Le silicium, clé de voûte de notre organisme

Le silicium est un des constituants du tissu conjonctif (tissus osseux, cartilagineux, tendineux, musculaire, vasculaire), tissu qui représente près de 40% de l’organisme. Il est aussi présent dans de nombreux organes tels foie, reins, poumons, cœur… ainsi que dans la peau et les phanères (cheveux, ongles).

Il y joue un peu le rôle de « grand architecte ». En effet il permet d’édifier des « ponts » ou liaisons entre des molécules fibreuses connues -élastine et collagène, kératine - et d’autres molécules moins connues, supports structuraux de tous les tissus de l’organisme, au nom de protéoglycanes. Il assure ainsi la stabilité et l’harmonie moléculaires, garantes du bon fonctionnement d’un organe et participe par exemple à l’élasticité de la peau, des vaisseaux et des tendons, à la solidité des os et des cartilages1-2.

Le silicium contribue aussi à la régulation de la distribution et de la fixation du magnésium et du calcium, en améliorant leur synergie, par exemple dans la calcification de l’os.


1.Nielsen et al. Update on the possible nutritionnal importance of silicon.Int. J Endocrinol.2013 ; 2013 :316783.
2.Rodella et al. A review of the efffects of dietary silicon intake on bone homeostasis and regeneration. J Nutr Health Aging 2014 Nov ; 18(9) :820-6.

Un peu de vocabulaire

Silicium minéral, acide silicique ou orthosilicique : quelles différences ?

Le silicium minéral est composé d’1 atome de silicium et de 2 atomes d’oxygène SiO2. Insoluble dans l’eau, il n’est pas assimilable par l’organisme.

L’acide silicique est la forme moléculaire d’origine végétale : la silice minérale est transformée par certaines plantes en silice végétale ou acide silicique ou orthosilicique. C’est sous cette forme hydrosoluble que le silicium élément est le mieux absorbé au niveau intestinal, transporté dans le sang, éliminé dans les urines.

Mon panier • plateau-repas riches en silicium

L’acide orthosilicique constitue la matière première de l’édification des tiges, feuilles et racines de toutes les plantes. Légumes, céréales, légumineuses, fruits et fruits secs, oléagineux constituent un apport alimentaire de silicium. Des plantes sont naturellement riches en silicium : la prêle, l’ortie, le bambou…

Soluble partiellement, le silicium (qui combiné à l’oxygène et à l’aluminium, constitue l’essentiel des roches sédimentaires) se retrouve dans les eaux d’infiltration qui donnent naissance à des eaux « riches en silicium » (reportez vous aux étiquettes pour en connaitre la teneur).

Côté boissons toujours, la bière (à consommer avec modération bien sûr), le café et le thé contiennent du silicium.

Quelques exemples



Teneur en silicium
100 g de céréales complètes 10,7 mg
200 g de pain blanc 3,38 mg
    "          "        complet 4,50 mg
200 g de riz brun 4,14 mg
2oo g de pommes de terre nouvelles 0,58 mg
200 g de carottes 4,58 mg
250 g de petits pois 6,10 mg
250 g de banane 13,6 mg
100 g de raisins 8,25 mg
Eau minérale ½ L 3,44 à 7,23 mg 
Bière ½ L 8 mg*
Source : Diatary silicon intake and absorption. Jugdaohsingh et al. Am J Clin Nut. 2002.
* Harry Robberecht et al.International Journal of Food Properties .Volume 11, 2008 - Issue 3. Silicon in Foods : Content and Bioavailability.

Un taux qui diminue avec l’âge

Le corps d’un adulte jeune en bonne santé contient entre 6 et 8 grammes de silicium, le double du fer !
Malheureusement notre capital diminue au fil des années, notamment car il est trop peu présent dans notre alimentation moderne (céréales raffinées, culture rapide des végétaux avec force « intrants » et autres, empêchant une fixation optimale du silicium dans les sols…) mais aussi parce que son assimilation et sa prise alimentaire diminuent avec l’âge (moins de 20 mg/j versus 20 à 50 normalement


(Jurkic et al. Biologicla and therapeutic effects of arthosilicic acid and some ortho-silicic acid releasing compounds. New perspectives for therapy.Nut. Metab 2013 ; 10 :2).

Pour qui, quand, pourquoi ?

• Les seniors en priorité bien-sûr : participant au métabolisme minéral général et à l’édification des fibres de soutien (collagène…), le silicium est important, avec d’autres facteurs nutritionnels tels zinc, cuivre, manganèse, pour le confort articulaire et la calcification des tissus osseux. Côté parois des vaisseaux, riches en collagène et élastine, il va apporter de la souplesse.

• Les femmes ménopausées : le silicium interagit avec le statut en œstrogènes sur la densité osseuse (résultats d’une étude de près de 3200 femmes âgées de 50 à 62 ans) *.

*Macdonald et al. Dietary silicon interacts with oestrogen to influence bone health : evidence from the Aberdeen Prospective Osteoporosis Screenning Study. Bone 2012, 50(3) ;681-687.

• Tous ceux, celles qui veulent conserver une « belle peau » : à partir de 40 ans, on commence à remarquer une perte d’élasticité et un relâchement de la peau qui se marque de rides. Or notre réserve de silicium diminue avec l’âge, on l’a vu.

*Jurkic et al. Biologicla and therapeutic effects of arthosilicic acid and some ortho-silicic acid releasing compounds. New perspectives for therapy.Nut. Metab 2013 ; 10 :2.

• Les sportifs : ceux-ci sollicitent abondamment les articulations, tendons… qui ont donc besoin de se « régénérer ».

• Lors de chute de cheveux, cheveux fins et fragiles, ongles cassants : ceux-ci sont constitués de kératine où le silicium se retrouve en quantité.

*Jurkic et al. Biologicla and therapeutic effects of arthosilicic acid and some ortho-silicic acid releasing compounds. New perspectives for therapy.Nut. Metab 2013 ; 10 :2