Le cerveau gourmand

Le cerveau gourmand

A la fois organe qui perçoit, qui pense et agit, le cerveau assure la régulation de toutes les fonctions vitales. Ainsi c'est lui qui est responsable des rythmes cardiaque et respiratoire qui échappent fort heureusement à notre conscience !

A la fois récepteur d’informations en provenance de l’ensemble de l’organisme ou de l’environnement, mais aussi émetteur et régulateur, on peut le qualifier d’expert de la communication rapide et efficace.

Intégrer des informations, les interpréter, les traiter, assurer les fonctions cognitives (mémoire, apprentissage…), contrôler la motricité, prendre des décisions, rien ne lui échappe. Ce travailleur acharné de jour comme de nuit, très polyvalent, a besoin de nutriments spécifiques et d’énergie pour fonctionner.

Le cerveau gourmand

S’il n’est pas comblé dans ses besoins qui sont énormes, le cerveau est perturbé et n’assure plus correctement la coordination de la pensée, entre autres…

En effet comme tous les organes, pour croître, puis subsister et fonctionner, il doit avoir à sa disposition les nutriments nécessaires apportés par l’alimentation. Autre élément qui lui est essentiel : l’oxygène, dont la consommation représente 20 à 30% de celle de l’organisme. En effet le cerveau ne stocke pratiquement pas de réserves d’énergie et pour fonctionner les cellules nerveuses ont besoin de grandes quantités d’énergie fournie par la combustion des aliments (dont le glucose, aliment favori) en présence d’oxygène (un peu comme dans une chaudière). Pour faciliter le tout, le cerveau est richement vascularisé : oxygène et nutriments sont ainsi rapidement véhiculés par le sang.

Des nutriments pour les cellules et leurs communicants

Les nutriments préférés du cerveau dépendent de sa composition si singulière, des cellules innombrables dont les plus connues, les neurones.

  • Ces cellules sont délimitées par une membrane riche en graisses, des phospholipides et du DHA, acide gras de la famille oméga 3.  Pour leur construction/renouvellement, leur fonctionnement et leur protection ces cellules ont besoin de vitamines multiples (vitamines B, E, C) ainsi que de minéraux/oligoéléments spécifiques (zinc, fer, sélénium, potassium, calcium, cuivre, manganèse).
  • Le travail de ces cellules nécessite à la fois des enzymes (de nature protéique) et des protéines. Les protéines sont constituées d’acides aminés dont certains sont indispensables à la formation des messagers ou neurotransmetteurs (les agents de communication entre neurones et autres). A ne pas négliger, d’eux dépendent ce que l’on peut appeler les humeurs : motivation, entrain sous action de la dopamine ; sérénité, calme sous action de la sérotonine qui elle-même sera à l’origine de la synthèse de mélatonine ou hormone du sommeil.  Enfin pas de synthèse de ces éléments et pas de fonctionnement cellulaire sans vitamines (C, B6, B9, B12, D) et minéraux/oligoéléments (fer, magnésium, cuivre).

Les neurones et autres cellules du cerveau sont des constructions dont les briques se renouvellent en permanence. Penser, réfléchir, mémoriser, créer… autant de communications entre les neurones ou de créations de nouveaux réseaux de câblage qui nécessitent des apports nutritionnels adéquats.

Le menu quotidien du cerveau gourmand

Conseils pratiques dès le lever

Pour tous et surtout en période de forte sollicitation intellectuelle.

Designed by Freepik

Dès le réveil je réhydrate mon cerveau. Avec du jus d’orange pressée, je fais aussi le plein de vitamine C, boosteur des terminaisons nerveuses et protecteur des neurones.

Au petit-déjeuner, je mets des protéines au menu, à l’anglaise. Pour favoriser la formation des messagers, œuf, jambon cru, produit laitier de chèvre ou brebis.

Je ne saute pas de repas. Baisse d’énergie et de performance garanties sinon ! Repas complet : viande ou poisson et féculents (pain, riz…) ou légumineuses + céréales pour les végé/végan.

Oui aux aliments complets ou semi-complets riches en vitamines B et oligoéléments, à digestion plus lente.

Je pratique la valse des huiliers : je panache huiles de noix, colza, lin riches en oméga 3 et vitamine E avec l’huile d’olive. Et je mange des petits poissons gras (harengs, sardines) au moins 2 fois/semaine : apport d’iode aussi, indispensable au fonctionnement cérébral.

Je dose café et thé. Ils augmentent certes le niveau d’éveil mais pas la cognition et ils perturbent le sommeil, indispensable à la mémorisation et à la régénération des cellules.

Je bois minéralisé, au long de la journée ; l’hydratation est essentielle aux fonctions cognitives, les minéraux aussi.