Les 4 saisons des oligoéléments

Les 4 saisons des oligoéléments

De la même manière qu’il y a des produits de saison, les oligoéléments peuvent combler nos faiblesses de saison… la diététique chinoise traditionnelle qui préconise certains aliments à certains moments de l’année pratiquait déjà il y a 5 000 ans une cuisine des oligoéléments et vitamines de saison !

Prenons l’exemple du chou, dont le taux de vitamine C est enviable. Cette dernière favorise l’absorption du fer, indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire, mis à mal pendant la saison hivernale. Ou encore celui des noix récoltées à l’automne et que l’on consomme tout l’hiver. Grandes pourvoyeuses de manganèse et de cuivre, eux aussi soutiens précieux pendant les frimas. On pourrait ainsi décliner à l’infini les combinaisons bienfaisantes.

Printemps

Notre capital énergétique a bien été mis à mal cet hiver par le froid, le manque de lumière et les attaques virales... et bien sûr une activité toujours aussi trépidante. Si on y ajoute repas plus riches, activité physique et oxygénation moindres, nous pouvons nous sentir fatigués, épuisés, sans entrain. C'est le signe que le corps a besoin de "s'alléger".

Notre organisme évacue des déchets et toxines en permanence dont les principales portes de sortie sont le foie, les reins et les intestins (qui sont aidés, si besoin, par les poumons, la peau et les muqueuses). "Nettoyer" ces organes, les drainer, au moins une fois par an, est nécessaire - comme on le faisait par le passé avec des jeûnes réguliers-. Or l'organe clé de cette "détox", le foie, est au meilleur de sa forme, selon la médecine traditionnelle chinoise, au printemps.

Les oligoéléments à privilégier : le chrome, le zinc, le manganèse, le cuivre et le sélénium.

undefined

Eté

Le retour des beaux jours et de la chaleur est attendu avec impatience tant il influence notre moral. Mais pour nombre d’entre nous, particulièrement les femmes, la chaleur peut être source de pesanteur au niveau des jambes, sensation qui s’accentue au fil de la journée, surtout lors de station debout prolongée.

En cause : l’hérédité bien sûr mais aussi les variations hormonales féminines (grossesse, puberté, ménopause, pilule…), le surpoids, la constipation, les stations debout ou assise prolongées, les compressions (vêtements serrés, jambes croisées).

Les oligoéléments à privilégier : le cuivre, le sélénium, le manganèse

undefined

Automne

À l’image de la nature, notre métabolisme ralentit, selon les biorythmes inscrits au plus profond de nous. Autrefois, les paysans interrompaient leur labeur pendant l’hiver. Aujourd’hui tout est inversé. Automne et hiver sont des saisons d’intenses activités qui au quotidien ne nous ménagent pas ; vies familiale et professionnelle obligent. Leur intensité, couplée à la chute des températures, au retour de l'humidité et à la diminution de l'intensité lumineuse, peut fragiliser nos organismes et notre moral.

Les oligoéléments à privilégier : le magnésium, le manganèse et le cuivre.

undefined

Hiver

Lumière en chute libre, froid agressif, virus qui attaquent... mobilisent notre réserve énergétique. De plus nous n’échappons pas aux horloges biologiques saisonnières. Pour preuve notre système immunitaire est au plus bas, surtout au mois de février.

Les conséquences pour nombre d'entre nous : fatigue, baisse de régime, système de défense hésitant, avec moral et énergie qui se mettent en mode hibernation. Un cercle vicieux peut alors s'installer : sur un organisme fatigué, stressé, au moral en berne… les microbes auront plus de prise. Il est donc nécessaire de « se fortifier » tant au niveau du corps que du mental.

Les oligoéléments à privilégier : magnésium, manganèse-cuivre.

undefined