Le microbiote, votre allié immunité

Le microbiote, votre allié immunité

Le système immunitaire est un ensemble d’organes et de cellules très puissant, il nous permet de faire face aux agressions permanentes de notre environnement, alors qu’il ne représente que 1% des cellules de notre corps.

Cependant, l’exposition répétée à des agresseurs, certaines carences nutritionnelles ou une mauvaise hygiène de vie peuvent perturber l’équilibre de ce système et affaiblir l’immunité. Il est possible de le renforcer grâce à une alimentation appropriée, et notamment par l’apport de probiotiques, le microbiote jouant un rôle essentiel dans le soutien de l’immunité.

Les 3 lignes de défense de l’organisme

L’immunité désigne la capacité de l’organisme à maintenir son intégrité par la reconnaissance et l’élimination des divers corps étrangers (les antigènes = microbes, allergènes, tissus étrangers…) qui le pénètrent. Le système de défense passe par 3 grandes barrières, physiques ou cellulaires, appelées lignes de défense.

• 1re ligne de défense : la peau et les muqueuses

La peau et les muqueuses représentent la première barrière physique et naturelle contre les agresseurs. Composées de cellules épithéliales très serrées, elles sont très imperméables. Ce bouclier est souvent renforcé par la présence de poils ou de cils et par nos sécrétions corporelles formant un film protecteur (sébum, mucus). Certains de nos organes (intestin, vagin, tractus urinaire, appareil respiratoire) sont également pourvu d’une couche protectrice formée de « bonnes » bactéries, couramment appelée flore ou microbiote. Ces bactéries empêchent notamment l’adhésion et le développement de pathogènes.

• 2e ligne de défense : l’immunité non spécifique

Dans le cas où la première barrière est franchie, la 2e ligne de défense fait intervenir des cellules de l’immunité. Cette réaction est dite non-spécifique car elle intervient de la même façon quel que soit l’agresseur. Plusieurs phénomènes se mettent en place :

  • Certains globules blancs, les mastocytes, reconnaissent le corps étranger et libèrent des médiateurs chimiques de l’inflammation. Ils permettent la vasodilatation des vaisseaux sanguins et l’arrivée massive de globules blancs sur le lieu de l’infection, qui s’accompagne de sensation de chaleur, rougeur, douleur et gonflement de la peau : c’est la réaction inflammatoire.
  • Les médiateurs chimiques vont également attirer les phagocytes, cellules qui détruisent les corps étrangers en les « dévorant » : c’est la phagocytose.
  • Les cellules NK (Natural Killer) peuvent également intervenir ; elles détruisent nos propres cellules infectées par des virus grâce à des protéines, les perforines, qui provoquent la mort cellulaire.

• 3e ligne de défense : l’immunité spécifique adaptative

Parfois l’immunité innée n’est pas suffisamment puissante pour éliminer l’agresseur. Intervient alors l’immunité spécifique, faisant appel aux lymphocytes T et B. Elle est dite spécifique et adaptative car la réponse élaborée dépend de la nature de l’agresseur : chaque lymphocyte B ou T porte sur sa membrane un récepteur qui ne peut reconnaître qu’un seul type d’agresseur.

  • Les lymphocytes B : Ils produisent les anticorps, qui s’accrochent aux agresseurs et les neutralisent.
  • Les lymphocytes T : Cellules tueuses, tuent par contact les cellules infectées.
undefined

L’intestin, organe clé des défenses immunitaires

Outre ses fonctions dans la digestion, l’intestin joue un rôle majeur dans la défense immunitaire, puisque s’y concentrent 70 à 80% des cellules immunitaires de notre corps.
Cellules de la muqueuse, cellules immunitaires et flore intestinale (désignée désormais sous le nom de microbiote) sont intimement liés dans le maintien de l’intégrité.

En effet, les cellules immunitaires reçoivent des informations venues de la lumière intestinale (composés alimentaires mais également microbiote) ainsi que des signaux émis par les cellules de la muqueuse. Ce dialogue permet de déclencher une réponse immunitaire pour lutter contre l’invasion de corps étrangers pathogènes via l’intestin.

undefined

Le microbiote : barrière et protection

Le microbiote intestinal est l’ensemble des micro-organismes, principalement des bactéries Lactobacillus et Bifidobacterium, qui colonisent notre tube digestif. Il est composé de 100 milliards de bactéries, vivant en symbiose avec notre organisme, pour un poids allant jusqu’à 2 kg !

Ses contributions à l’équilibre de l’immunité intestinale sont nombreuses :

  • barrière contre l’adhésion et le développement pathogènes
  • diminution de l’inflammation de la muqueuse intestinale en cas de gastrite infectieuse
  • induit la production de mucus intestinal protecteur par les cellules de la muquese
  • apport d’énergie aux cellules de la muqueuse intestinale pour leur croissance et leur renouvellement.

Quand l’intestin devient une passoire…

Muqueuse intestinale et microbiote sont fragiles. Le stress, notre alimentation déséquilibrée, la consommation répétée de médicaments, d’antibiotiques et de substances toxiques, peuvent provoquer un déséquilibre du microbiote (on parle alors de dysbiose) ou une hyperperméabilité intestinale : la muqueuse intestinale n’est plus étanche et laisse passer les agents infectieux.

L’immunité peut donc être perturbée et la susceptibilité aux infections accrue.

undefined

Nourrir le microbiote pour renforcer l’immunité

Heureusement, il est possible de rétablir l’équilibre du microbiote et l’intégrité de la barrière intestinale par la consommation de prébiotiques et probiotiques.

Prébiotiques Probiotiques

Les prébiotiques sont des fibres alimentaires qui servent de nourriture aux bactéries du microbiote
Elles sont dégradées en acide gras à chaine courte (AGCC) dont le butyrate, servant de carburant aux colonocytes.

Rôles :
Croissance et développement du microbiote.
Énergie et renouvellement des cellules de la muqueuse.
Renforcement de la barrière intestinale.

Où les trouver ?
Dans les fruits et légumes (artichaut, asperge, banane, oignon, figue, topinambour, blanc de poireau, oignon, ail...).

Aussi connus sous le nom de ferments lactiques, les probiotiques sont des bactéries, principalement lactobacilles et bifidobactéries.


Rôles :
Rééquilibre du microbiote.
Amélioration du transit et de l’absorption intestinale.
Inhibition de l’adhésion et de la croissance des pathogènes.
Renforcement système immunitaire.

Où les trouver ?
Dans les yaourts, le lait fermenté (kéfir, ribot…), la choucroute…


undefined