Le rôle du zinc dans la défense antivirale

Le rôle du zinc dans la défense antivirale

Le zinc est, après le fer, l’oligoélément le plus abondant dans l’organisme (2 à 4 g). 98 % est localisé à l’intérieur de nos cellules, et seulement 1 % dans le plasma.

Le zinc, un oligoélément essentiel aux nombreux rôles physiologiques

Le zinc intervient dans l’activité de plus de 300 métalloprotéines et métalloenzymes, où il sert de cofacteur métallique. Cela signifie que ces protéines et enzymes particulières ne sont fonctionnelles que si le zinc vient jouer un rôle structural ou régulateur.

Le zinc est ainsi nécessaire à de multiples réactions biologiques (immunité, croissance, synthèse de l‘insuline, etc.) et joue un rôle majeur dans l’organisme au niveau de tous les grands métabolismes et mécanismes physiologiques.

Zinc et immunité

Une relation de cause à effet a été établie et reconnue par l’Efsa1 entre l'apport alimentaire en zinc et le fonctionnement normal du système immunitaire. En effet, le zinc jour un rôle prépondérant dans les défenses naturelles de l’organisme, depuis le maintien de la barrière cutanée jusqu’à l’activité des cellules de l’immunité.

Le zinc intervient dans la fonction de la thymuline, hormone qui stimule le développement des lymphocytes T dans le thymus et leur maturation. Ces cellules sont les acteurs majeurs de la réponse immunitaire, puisqu’ils reconnaissent et combattent les corps étrangers, agents pathogènes et cellules infectées par des virus.

Par ailleurs, des études scientifiques ont démontré plusieurs mécanismes par lesquels le zinc interfère avec le cycle de réplication virale2. La réplication est le phénomène au cours duquel le virus ayant infecté une cellule va se multiplier et fabriquer de nouveaux virus, propageant ainsi l’infection à d’autres cellules.

Le rôle du zinc dans la réponse antivirale peut ainsi être résumé en 2 modes d’actions :

  • Amélioration de la réponse immunitaire (activation des lymphocytes T)
  • Inhibition de la réplication virale et de la multiplication du virus dans l’organisme

Le potentiel antiviral du zinc au centre de plusieurs études…

De nombreuses études se sont intéressées à l’effet d’une supplémentation en zinc sur différentes infections virales. En effet, la supplémentation montrerait des avantages dans la réponse immunitaire face à une grande variété de virus, les effets les plus réputés étant ceux observés sur les rhinovirus responsables des rhumes et affections respiratoires2.

Une étude3 in vitro a permis d’observer qu’une augmentation de la concentration intracellulaire en zinc altère efficacement la réplication de virus à ARN tels que le virus de la grippe, le poliovirus et certains coronavirus.

Besoins en zinc et risque de déficit

Dans la population générale, les apports recommandés journaliers en zinc varient entre 8 mg pour les femmes et 11 mg pour les hommes. Ils sont également de l’ordre de 11 mg par jour pour les femmes enceintes. Il convient toutefois de ne pas dépasser la dose de 15 mg de zinc par jour, toutes sources confondues (7 mg pour les enfants de 10 à 18 ans, 3 mg pour les enfants de moins de 10 ans).

Si les cas graves sont rares, les carences légères à modérées sont fréquentes et pourraient toucher jusqu’à un tiers de la population mondiale4. Notre organisme ne disposant pas de réserve notable en zinc, un apport alimentaire régulier est important.

Dans les carences majeures en zinc, l’un des signes observés très fréquemment est la perte de l’odorat et du goût5 car le zinc intervient dans la synthèse de la gustine, protéine indispensable à la perception du goût dans les bourgeons du goût.

On observe aussi des problèmes cutanés, difficultés de cicatrisation, chute de cheveux, troubles de la reproduction, et sensibilité accrue aux infections.

Les populations sensibles au déficit en zinc

Certaines personnes sont particulièrement exposées à un risque de manquer de zinc :

  • Personnes âgées : Il a été montré que 50 % des personnes âgées vivant en institutions présentent des carences en zinc6.
  • Diabétiques : Les carences en zinc sont plus fréquentes chez les personnes souffrant de diabète de type 27.
  • Femmes enceintes : Par majoration des besoins, les femmes enceintes représentent également une population potentiellement plus susceptible aux déficits en zinc.

Zinc et alimentation

Le zinc se trouve dans de nombreux aliments comme dans le poisson ou la viande rouge. Les régimes vegans sont d’ailleurs très souvent carencés en zinc.

Pour assurer sa bonne absorption, il faut éviter de l’associer à trop de céréales ou de légumineuses riches en phytates et éviter de consommer trop de conserves car les conservateurs sont des piégeurs de minéraux.

En effet, les phytates sont des composés présents dans les végétaux (maïs, riz, céréales, légumineuses) qui se lient à certains métaux, dont le zinc, et empêchent leur bonne absorption par l’intestin.

Le mot de Claude Lagarde, docteur en pharmacie, biologiste médical et fondateur de nutergia

« Après avoir travaillé plus de 25 ans auprès de patients et pu observer les bienfaits du zinc, je suis aujourd’hui convaincu qu’il joue un rôle protecteur majeur et qu’il booste nos défenses immunitaires antivirales par sa double action à la fois sur l'immunité innée et sur l'immunité adaptative.

Bien qu’il se trouve dans de nombreux aliments, le zinc n’est pas toujours bien absorbé selon le régime de chacun. De plus, il faut savoir que le stress atténue son action et favorise son élimination. C’est pour cela que l’on peut avoir besoin de se complémenter.

Je conseille 10 mg par jour, et tous les jours car on ne le stocke pas. Et 10 mg correspondent à 100 % de la valeur nutritionnelle recommandée (VNR).”

1 – Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to zinc […] pursuant to Article 13 of Regulation (EC) No 1924/2006 on request from European Commission. EFSA Journal 2009; 7(9):1229.
2- Read, S. A. et al. (2019) « The Role of Zinc in Antiviral Immunity », Advances in Nutrition, Volume 10, Issue 4, Pages 696–710.
3- TE VELTHUIS, A.J. et al. “Zn(2+) inhibits coronavirus and arterivirus RNA polymerase activity in vitro and zinc ionophores block the replication of these viruses in cell culture.” PLoS pathogens vol. 6,11 e1001176. 4 Nov. 2010.
4 - World Health Organization. (?2002)?. Rapport sur la sante? dans le monde : 2002 : re?duire les risques et promouvoir une vie saine. Gene?ve : Organisation mondiale de la Sante?
5- KETTANEH, A et al. (2002). « Les troubles du goût. » Revue De Medecine Interne - REV MED INTERNE. 23. 622-631. 
YANAGISAWA, H. (2004) « Zinc Deficiency and Clinical Practice » JMAJ 47(8): 359–364
6 - ROUSSEL A.M. et FERRY M. « Stress oxydant et vieillissement. » Nutrition clinique et métabolisme, 2002,16, 285-291
7 - Farooq, Dhedhi M et al. “The status of zinc in type 2 diabetic patients and its association with glycemic control.” Journal of family & community medicine vol. 27,1 (2020): 29-36.