Le microbiote intestinal, l'allié de votre immunité naturelle

Qu'est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote intestinal est l’ensemble des micro-organismes, principalement des bactéries Lactobacillus et Bifidobacterium, qui colonisent notre tube digestif. Il est composé de 100 milliards (plutôt 1013 soit 10 000 milliards) de bactéries, en symbiose avec l'organisme de l'être humain, pour un poids allant jusqu’à 2 kg !

Ces bactéries appelées aussi ferments lactiques cohabitent donc dans le biotope intestinal, chacune apportant sa collaboration en cas de déséquilibre : Lactobacillus acidophilus ou Lactobacillus plantarum agissent sur la digestion et la régulation des pathogènes, Lactobacillus rhamnosus en faveur du système immunitaire. Bifidobacterium infantis serait plutôt un collaborateur de l'immunité oro-pharyngée.

Chaque individu possède un microbiote unique, à l'instar d'une empreinte digitale, déterminé par la généalogie, l'environnement (alimentation, notamment) et d'autres facteurs que les scientifiques n'ont pas encore élucidés. 

Eubiose et dysbiose du microbiote humain

Lorsque le microbiote comporte une diversité équilibrée d'espèces bactériennes, on parle d'eubiose. Lorsque la flore est déséquilibrée, on parle de dysbiose. Or, le déséquilibre du microbiote peut être provoqué par l'alimentation, les pathogènes ou même le stress. L'intestin grêle, pilier de la santé, peut alors être moins efficace dans ses différents rôles. 

Quel est le rôle du microbiote intestinal en faveur de l'immunité ?

Les contributions de ces micro-organismes sur l’équilibre des défenses naturelles sont donc nombreuses :

  • effet barrière contre l’adhésion et le développement des agents pathogènes,
  • amélioration de l’imperméabilité de la muqueuse intestinale,
  • induction de la production de mucus intestinal protecteur par les cellules de la muqueuse,
  • apport d’énergie aux cellules de la muqueuse intestinale pour leur croissance et leur renouvellement.

Comment aider le microbiote à jouer son rôle ?

L’apport de prébiotiques et de micro-organismes dits probiotiques permet de consolider les barrières corporelles naturelles et de limiter le risque de dysbiose.

Les probiotiques ou ferments lactiques sont des bactéries similaires à celles naturellement présentes dans le corps, au niveau de nos muqueuses. On les trouve dans les produits laitiers (lait, fromage, yaourt…) et les produits fermentés (kéfir, choucroute, ribot…). Ils aident à conserver ou rétablir l’équilibre du microbiote, au rôle primordial dans le maintien de l’intégrité des barrières immunitaires.

Les prébiotiques sont des fibres alimentaires qui servent de nourriture aux bactéries de la flore intestinale. On les trouve dans une alimentation variée où prédominent les fruits et légumes, et tous les produits riches en fibres. Les prébiotiques sont dégradés dans l’intestin par le microbiote en un composé appelé butyrate, qui va activer la muqueuse intestinale ainsi que le système immunitaire intestinal.

Une alimentation bonne pour la santé et l'intestin

Effectuer des changements dans son alimentation au bénéfice de son microbiote ne constitue pas forcément un défi insurmontable. On peut introduire progressivement dans ses repas plus de fruits et légumes pour les vitamines et les fibres prébiotiques, des aliments lactofermentés riches en probiotiques, des poissons gras, des champignons... tout aliment qui motivera le bien-être du microbiote intestinal.

Les compléments alimentaires "microbiotiques"

Les compléments alimentaires sont composés de souches probiotiques spécifiques cultivées en laboratoire. C'est pourquoi on trouvera toujours dans les formulations : le genre (Lactobacillus, Bifidobacterium), l'espèce (infantis, acidophilus...), ainsi que l'identification de la souche (sous-division de l'espèce), toujours exprimée avec des lettres ou des chiffres : GG, DMS, par exemple.

Le microbiote intestinal et son influence sur la santé générale fait l'objet depuis des décennies de l'attention des chercheurs. Leurs recherches visent à isoler et identifier les souches puis déterminer leur effet bénéfique ou leur rôle dans l'équilibre des espèces1. Bien souvent, la découverte d'une espèce est protégée par un brevet, ce qui permet sa culture et sa diffusion. Certaines d'entre elles sont couramment cultivées et proposées dans la composition des compléments alimentaires. Par exemple, Lactobacillus rhamnosus GG (ATCC 53103), découverte en 1983, a fait l'objet d'un nombre d'études considérables, notamment sur son utilité lorsqu'il y a prise d'antibiotiques.

La quantité de bactéries présentes dans les produits est désignée par l'acronyme UFC signifiant "Unité Formant Colonie" valide pour une dose journalière. Elle doit obligatoirement apparaitre sur le produit. S'il contient plusieurs souches, le fabricant indique les UFC par souche, ce qui permet au consommateur de choisir son probiotique en fonction de ses besoins propres, une dysbiose notamment ou le soutien de l'immunité intestinale en période hivernale.

Les probiotiques sont parfois associés à des micronutriments tels que les vitamines dont la vitamine C ou D, qui n'entrent pas dans la composition du microbiote mais soutiennent les fonctions de l'organisme en faveur de l'immunité : réduction de la fatigue ou contribution au fonctionnement normal du système immunitaire.

Isabelle Bruno, rédactrice Santé-Bien-Etre

 

1. A C Ouwehand, A review of dose-responses of probiotics in human studies, 2016.