Oligoéléments essentiels

Ce n’est pas la quantité qui compte !

Les minéraux dits majeurs ou encore appelés macroéléments pèsent lourd dans les organismes des vertébrés (dont l’humain) : 1 kg en moyenne de calcium dans le corps d’un homme adulte en bonne santé.

Les oligoéléments sont des poids plumes… puisque les quantités dans l’organisme se comptent en microgrammes (µg). Ce n’est pas pour autant qu’ils ne pèsent rien ! Comme les minéraux majeurs, ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Les besoins en oligoéléments varient en fonction de l'âge et de la santé des personnes.

Au total, macro et oligoéléments représentent près de 4% du poids d’un être humain. Et tous sont indispensables !

Mais pourquoi ces oligoéléments sont-ils indispensables ?

On peut être tenté de dire pour tout ! ou presque. De la fabrication des protéines à la transmission des influx nerveux, de la consolidation du squelette, au bon fonctionnement de plusieurs systèmes (nerveux, cognitif, immunitaire, sanguin, digestif), du maintien des tissus (conjonctifs par exemple), les oligoéléments protègent de surcroît, pour la plupart, les cellules du stress oxydatif. 

Certains oligoéléments font partie de la structure des vitamines (cobalt et vitamine B12) ou des hormones (iode des hormones thyroïdiennes), d'autres ont un rôle structural (silicium reliant les fibres de collagène à d'autres dans les tissus conjonctifs). Mais tous interviennent au niveau cellulaire, d’où leur importance.

En effet, pour réaliser toutes les fonctions vitales, un nombre impressionnant de réactions biochimiques se déroule à vitesse accélérée dans nos cellules, grâce à des protéines ou enzymes. Pour être actives, ces enzymes établissent des liaisons avec des cofacteurs qui sont les vitamines et les oligoéléments.

Le plus souvent une réaction enzymatique en entraîne une autre. La synthèse d’une hormone par exemple nécessite de nombreuses transformations, les réactions enzymatiques se succèdent alors "en cascade", chacune grâce à son oligoélément et sa vitamine.

On comprend que dans ce cas, lorsque plusieurs oligoéléments sont en carence modérée (quantité insuffisante), le rendement global des enzymes diminue. Un apport d’oligoéléments à dose physiologique remet en marche les chaînes de transformation qui à terme vont nourrir la cellule...

Dans notre organisme, en 1 seconde, une molécule d’enzyme peut catalyser la transformation de 1000 molécules ! Sans enzyme et oligoélément, cette même réaction aurait lieu en plusieurs minutes, heures ou jours…

Un ou plusieurs oligoéléments ?

Dans son environnement naturel, un oligoélément cohabite avec d’autres sels minéraux et d’autres oligoéléments. Or la nature garde de nombreux mystères sur son fonctionnement. Si nous ne savons pas comment, nous savons en revanche, qu’ils interagissent entre eux et que cette interaction est la condition sine qua non de la vie. Tout simplement.

C’est pourquoi, il est préférable de conserver cette synergie intacte. En premier lieu, parce que l’activation des enzymes nécessite plusieurs oligoéléments ; en second lieu, parce que l’absorption de la synergie est sans doute, bien que nous n’ayons pas de preuves, responsable d’autres équilibres et d’autres synergies !

Ce principe de naturalité acquis, le complexe d’oligoéléments peut être enrichi d’un oligoélément particulier, destiné à répondre à un besoin précis.

 


Isabelle Bruno, auteure, journaliste bien-être santé.